Comment agit-il?

CMH-1 (Complexe majeur histocompatibilité classe 1)

Une tumeur peut tromper le système immunitaire en se déguisant en cellule normale. Certaines tumeurs sont capables de secréter CMH-1 à un taux plus élevé. CMH-1 est une protéine naturellement présente dans l'organisme et sert à attirer les cellules NKT (acronyme de l'anglais Natural Killer qui signifie „tueur naturel T”) pour assurer les fonctions immunitaires vitales. De ce fait, les NKT remplissent un rôle important dans l'immunité. En augmentant le taux de CMH la tumeur se fait reconnaître comme inoffensive par le système immunitaire et se développe sans se faire détecter.
Avemar diminue le taux élevé de CMH dans les cellules tumorales et en conséquence elles deviennent des cibles pour les cellules NKT.

ICAM-1 (Molécule d'adhésion intercellulaire – 1)

L'adhésion cellulaire joue un rôle primordial dans la génération d'une réponse immunitaire adéquate. Pour bien défendre le corps, certaines cellules – les leucocytes – du système immunitaire ont besoin de molécules spéciales pour pouvoir traverser la paroi vasculaire et s'infiltrer dans les cellules cibles. Une des ces molécules spéciales est nommée ICAM-1. En présence d'ICAM, les leucocytes peuvent traverser facilement la paroi capillaire. Il est connu que dans les capillaires de certaines tumeurs il y a moins d'ICAM que dans les cellules saines. Ce phénomène est considéré comme un mécanisme d'échappement important des cancers; la migration des leucocytes étant défectueuse, ils ne peuvent ainsi pas atteindre les cellules cibles.
Il est prouvé qu'Avemar augmente le taux d'ICAM-1 dans les cellules capillaires des tumeurs et permet l'infiltration des leucocytes dans les cellules cibles.

RR (Ribonucléotide réductase)

PP est une enzyme nécessaire pour la synthèse de l'ADN. Il a été prouvé qu'Avemar bloque cette enzyme et affaiblit ainsi la réplication d'ADN dans les cellules tumorales. De ce fait, elles sont d'excellentes cibles pour la chimiothérapie.
Il a été démontré qu'Avemar bloque cette enzyme et affaiblit ainsi la réplication d'ADN dans les cellules tumorales.

PARP (Poly-ADP–ribose-Polymerase)

Avant la réplication des cellules, les dommages de l'ADN sont habituellement réparés en utilisant une enzyme appelée PARP. Le taux de PARP est extrêmement élevé dans les cellules tumorales sachant qu'elles dépendent complètement de PARP pour la réparation des erreurs survenant au niveau de l’ADN avant la réplication.
PARP a également un rôle dans l'apoptose (mort cellulaire programmée). Dans les cellules tumorales ce mécanisme ne fonctionne plus. Avemar inhibe PARP et ainsi la réparation des dommages de l'ADN.
Il a aussi été confirmé qu'Avemar ne provoque l'apoptose que dans les cellules cancéreuses.

COX-1 et COX-2 (Cyclo-oxygénase)

On constate que les enzymes COX-1 et COX-2 contribuent au bon fonctionnement de l'organisme si elles sont bien régulées. Elles sont en majorité responsables de l'activité inflammatoire par une sur-expression des "COX-2". L'inhibition des COX coupe la chaîne de la réaction inflammatoire, et agit donc contre l'inflammation et tous ses phénomènes corrélés.
Avemar inhibe ces deux enzymes, cet attribut peut expliquer son caractère anti-inflammatoire en cas de polyarthrite rhumatoïde.